Café actualité – Résumé du mois de février

Marie Langagée

Les cafés actualités ont lieu une fois par semaine à La Marie Debout. C’est l’occasion de d’échanger sur les actualités locales ou internationales, avec des lunettes féministes!

Chaque mois, les participantes choisissent un sujet qui a marqué l’actualité du mois précédent et l’analysent. Ayant pour objectif de produire une revue annuelle de l’actualité féministe 2024, les femmes ont tenues à vous laisser un petit avant-goût de leur travail effectué cet hiver. Nous vous présentons donc les comptes rendus des mois de janvier à avril, rédigés par les participantes.

Le mois de février: La vie maritale à l’aide sociale.

Qui dit février dit St-Valentin, fête de l’amour. Alors pourquoi à l’aide sociale, « la St-Valentin rime avec pétrin » ? C’est le slogan choisi par un collectif d’organismes communautaires pour dénoncer les mesures abusives auprès des personnes à l’aide sociale concernant leur vie amoureuse, (ou le droit à une vie amoureuse).

Le groupe de femmes du Café Actualité a voulu comprendre ce que cela signifiait puisque c’est une réalité peu connue, et surtout parce que ce sont les femmes qui sont particulièrement touchées ! Elles ont donc visionné un documentaire où des intervenant.e.s militant.e.s de longue date décrivaient l’histoire et l’origine des mesures mises en place pour établir la notion de vie maritale, de l’impact et des conséquences graves pour les femmes et toutes les personnes à l’aide sociale.

C’est dans les années 80 que le Parti libéral a annoncé 100 millions de coupures à l’aide sociale et instauré un programme de vérification par des visites à domicile sans préavis chez les prestataires, et les femmes étaient les premières visées. L’objectif était de déterminer si elles vivaient une relation amoureuse, que le copain vive ou non avec elle. Si c’était le cas, elles voyaient leurs prestations diminuées ou complètement annulées.

Évidemment, encore aujourd’hui, cela a des impacts considérables dans la vie des prestataires qui peinent déjà à subvenir à leurs besoins de base : pauvreté, dettes, isolement, solitude, dépression, voire même de l’itinérance étant donné la réalité désastreuse au niveau du logement et des préjugés des propriétaires envers les prestataires. Il est quasi impossible de s’en sortir, et encore moins si on crée plus de pression lorsque des personnes s’entraident, cohabitent pour diminuer les frais des besoins de base.

L’État pénalise les personnes marginalisées en invoquant des normes issues d’une autre époque sur le statut de vie maritale pour les défavoriser davantage. D’un côté, le gouvernement refuse de donner aux personnes assez d’argent pour bien vivre car cela pourrait prétendument les décourager d’intégrer le marché du travail. De l’autre, dès que les personnes essaient de s’entraider pour survivre, il cherche à les pénaliser par tous les moyens, notamment en recourant à une notion aussi arbitraire que la vie maritale.

Pour trouver un emploi, il faut avoir un revenu suffisant qui permet de se déplacer en transport en commun, des moyens de communication avec des employeurs soit par téléphone et internet, des vêtements adéquats, un milieu de vie stable et bien manger. C’est la base aujourd’hui.

Revendications :

Dans le cadre de la réforme de la loi à l’aide sociale qui est en cours de réalisation, des comités de femmes ont présenté 6 revendications relatives au statut de vie maritale à l’aide sociale.

–un chèque = une personne, qui répond aux besoins de base

–abolir rétroactivement toutes les dettes en lien avec le statut de vie maritale

–établir le statut de vie maritale seulement lorsque les personnes se déclarent conjointes

–cesser la surveillance accrue des personnes « Notre revendication est simple : un chèque par personne. C’est une question d’autonomie et de dignité. » ****************************************************************

Au café actualité, nous avons décortiqué le sujet pour mieux saisir tous les enjeux. Nous avons visionné d’autres vidéos faites par des groupes de femmes issues d’organisations de défense des droits et de lutte à la pauvreté, qui nous ont aidés à mieux saisir les réalités personnelles des personnes qui ont subi les enquêtes abusives, le harcèlement, les coupures du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ainsi que les conséquences majeures dans leur réalité.

Nous avons eu aussi une franche discussion sur les préjugés qui ont circulé et circulent encore tant dans les médias, la population en général et comment les gouvernements ont contribué à renforcer ces préjugés. Pour ce faire, nous avons fait un débat en formant deux groupes dont l’un y allait de questions au sujet de la notion de vie maritale, puis, en nommant plusieurs préjugés pour que la partie adverse puisse répondre, réagir, informer, clarifier et démystifier les préjugés. Cela a été très intéressant et dynamique comme moyen d’approfondir le sujet ! Plusieurs ont pu constater qu’elles avaient peu d’information sur le sujet, que cela les avait aidées à mieux saisir la réalité de certaines personnes de leur entourage.

Le groupe de femmes du Café Actualité a exprimé sa rage envers les gouvernements qui, encore aujourd’hui, n’offrent pas des prestations suffisantes pour permettre aux personnes de s’en sortir vraiment, les maintenant donc dans un état de pauvreté et une spirale vers le bas. L’application de la notion de vie maritale crée plus de pauvreté et contribue à multiplier les problèmes sociaux à plusieurs niveaux pour toustes les prestataires, mais disons-le, en réalité cela touche majoritairement (principalement ?) les femmes. Et, l’amour dans tout ça ??? C’est un droit ? En fait, nous déclarons que ce n’est pas l’affaire du gouvernement de décider qui a le droit à l’amour dans la société. Ça relève de la vie privée. Nous sommes donc solidaires avec le mouvement collectif des organismes communautaires qui militent pour l’abolition de la notion de vie maritale à l’aide sociale !

« Notre revendication est simple : un chèque par personne. C’est une question d’autonomie et de dignité. »

Pour aller plus loin :

https://pivot.quebec/2023/02/14/letat-fait-payer-cher-lamour-aux-personnes-assistees-sociales/

https://www.facebook.com/watch/live/?ref=watch_permalink&v=1192231635087797

https://www.pauvrete.qc.ca/document/lassistance-sociale-en-tableaux/

https://www.pauvrete.qc.ca/prejuge-2-les-pauvres-sont-des-fraudeurs-et-des-profiteurs/

https://www.youtube.com/watch?v=7UbCPXJ2kMI

Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.